J’ai la mémoire qui flanche …

bateau sous la pluie

« Tu t’en souviens ? »
Ça a commencé par cette phrase. Ou plutôt non… par celle-ci : « Tu es sûr ? Parce que jm’en souviens pas ».

Là, à ce point précis de la conversation ça trotte dans ta tête et tu te demande bien où ta foutue mémoire a bien pu mettre ce souvenir ? C’est pourtant pas compliqué de ranger ça comme il faut non ? Tu classes par année, puis par évènements et globalement on devrait pouvoir s’y retrouver assez facilement.

Il semblerait que ce ne soit pas le cas. Difficile de comprendre la mémoire et son fonctionnement.
Pourquoi parviens-tu encore à savoir que Justinien a gouverné l’Italie en 527, alors que des éléments marquants comme ce déménagement qui a changé ta vie ou encore ces vacances en Bretagne qui t’avaient rendue si heureuse, s’effacent au fur et à mesure comme les photos dans Retour vers le Futur.

Non vraiment tu ne comprends pas. Tu as beau réfléchir, te triturer l’esprit, te faire violence même… mais non, ta mémoire ne répond pas, elle fait sa faignante sans même te demander l’autorisation. Et ça fait mal. Oui, ça fait mal de perdre des bouts de ta vie sans raison, comme si on subissait un lendemain de soirée un peu trop arrosée qui finissait par l’inévitable trou noir. Sauf que cette fois, il n’y a personne pour reconstituer les pièces manquantes du puzzle.

Stop, il y en a marre ! Une fois qu’on a pris une bonne claque, qu’on a perdu quelque chose de précieux, il faut se remuer et déjouer le grand manitou. Oui même toi qui était incollable au Memory, parce que crois-moi cette mémoire n’a rien à voir, parole de « trou noir ».

Soudain, tu tombes sur cette photo d’il y a 15 ans et d’un seul coup tout te revient, les rires de ta cousine, ton père derrière l’appareil qui tente d’immortaliser l’instant ou encore cette délicieuse pêche que tu avalais à cœur joie. Tout est là, rien n’est laissé au hasard. Tu viens de déjouer ta mémoire et soudain tu reprends espoir.

Tu achètes un appareil photo et tu te promets d’essayer de donner des images à tes souvenirs, de fixer sur du papier glacé tes instants de vie. Et dès que tu le peux, lorsque l’instant arrive, tu griffonnes quelques mots sur un carnet. Voilà tu le sais, ils sont là, ils ne bougeront pas.

Maintenant que tu es paré, tu n’as plus peur. Mais tout de même, dans un coin de ta tête tu le sais, la meilleure chose que tu as à faire c’est de profiter de chaque instant.

Et toi ? Quand ta mémoire flanche, tu fais quoi ?